utilisez le menu ci-dessous pour naviguer dans les catégories

CORPUS DEAE - Anton Parks


TABLE DES MATIÈRES 

- Préface de Tau Eléazar 
- Introduction de l'auteur 

1ère PARTIE : SUR LES TRACES DES ANCIENS ET DU MONT DU TEMPLE

  1. Regard sur les patriarches
    1. La bataille religieuse et politique d'Ebla
    2. Abraham contre la magie des dieux et leur souffle
    3. L'origine probable de Moïse et des Hébreux : l'enquête se poursuit...
  2. La route sanglante vers Jérusalem
    1. La conquête de Canaan : meurtres, sacrifices à YHWH, inversions historiques et détournement des rites égyptiens
    2. La Jérusalem de David et Salomon
    3. Le Mont du Temple
    4. Le culte de la Pierre Noire et de la Déesse-Mère au Proche-Orient

2ème PARTIE : LES TEMPLIERS À LA RECHERCHE DE LA PRÉSENCE DIVINE

  1. Les origines secrètes de l'Ordre du Temple
    1. Présentation et point de vue de Tau Eléazar, haut gradé de la Franc-maçonnerie
    2. L'Ordre d'Amus et la Fraternité du Serpent
    3. L'Ordre d'Amus et la gnose égyptienne d'Alexandrie
    4. Sylvestre II, le pape de l'An 1000
    5. Un étrange voyage en Palestine entre 1104 et 1107...
    6. Michel Psellos et la Société des Frères d'Orient
    7. Les Druzes et Assasis
    8. Bernard de Clairvaux
  2. Jérusalem dans un monde et désordre
    1. L'appel de Jérusalem
    2. L'irréalisable mission des Templiers
    3. Des tunnels sous le Mont du Temple
    4. Un fragment de tablette akkadienne de l'époque d'Akhenaton trouvé à Jérusalem
  3. Les Templiers en Égypte
    1. Les voies commerciales entre l'Europe et l'Égypte avant les Croisades
    2. Deuxième Croisade : première présence officielle des Templiers en Égypte
    3. L'adoubement de Saladin à l'Ordre des Templiers à Alexandrie (1167)
    4. Quatre années fructueuses en contact avec l'hermétisme égyptien (1164-1168)
    5. La perte de l'Égypte (fin 1168)
    6. Retour en Égypte (1218-1221)
    7. Sous le signe de la déesse Bat, forme protectrice d'Hathor

3ème PARTIE : L'IMPOSSIBLE MYSTÈRE : DERRIÈRE LE VOILE D'ISIS

  1. La faute du Fils de Dieu
    1. Rappel historique : la fondation de Babylone
    2. Présentation de la fête de l'Akitu
    3. Le début des cérémonies (les trois premiers jours)
    4. La mort de la déesse Nawirtum - tablette sumérienne G.1.2.b.1725
    5. Le meurtre de la Mère du Trône en Égypte
  2. La Passion et la Résurrection d'Horus, Fils de Dieu
    1. La Chute de Lucifer
    2. L'aveuglement du Porteur de Lumière
    3. Le fonctionnement du 3e Œil d'Horus
    4. Le remplacement dissimulé de la Bien-Aimée du Trône par la Bien-Aimée de la Tour
    5. Anti Kirist : l'Antéchrist égyptien
    6. Le Démembrement d'Horus et sa Résurrection grâce à la Porteuse du Graal
  3. La Passion et la Résurrection de Bel-Marduk, Fils de Dieu
    1. Šarpanitu, Porteuse du GAR-A-AL et les deux Ištar, piliers du Temple
    2. La Porteuse du GAR-A-AL à la recherche du roi déchu ; le procès humiliant du Fils de Dieu et des deux criminels devant les autorités religieuses (VAT 9555)
    3. L'humiliation du roi et l'épreuve de l'eau amère (VAT 9555)
    4. Le nénuphar bleu ou la drogue de l'au-delà
    5. La Passion et la rencontre avec l'invisible
    6. L'incubation royale : l'expérience du seuil de la mort (AO 3023)
    7. Les derniers jours de la fête de l'Akitu : de la Résurrection au Mariage Sacré

4ème PARTIE : LES SECRETS DU BAPHOMET ET DU GRAAL

  1. Le Baphomet décrypté
    1. La chute de l'Ordre du Temple
    2. La tête coupée et son rôle divinatoire
    3. La "tête diabolique" du procès des Templiers
    4. Quelques tentatives historiques pour décoder le Baphomet (Mété, Métis, Mater, Materia)
    5. Lumière sur le Baphomet : la véritable identité de la tête des Templiers
  2. Le Graal primitif
    1. En quête du Graal égyptien et de la flamme intérieure
    2. Le Feu Sacré venu du Ciel
    3. Les gardiennes du Feu Sacré, symbole de l'Œil d'Horus dans les temples égyptiens
    4. Le Graal sur la tête et l'intervention divine

INTRODUCTION DE L'AUTEUR 

  Graal et Templiers ; la seule évocation de ces mots invite le lecteur à un voyage au-delà de la conscience humaine, vers un éveil de la pensée et le souvenir de codes moraux indiscutables. Ce voyage, grâce aux traductions de textes encore présents à l'époque de Moïse, nous fera dépasser les frontières du mythe pour nous mener vers la source historique des événements. Jusqu'ici, notre vision classique du Graal se limitait au seul trou de la serrure de l'infranchissable porte du domaine de la déesse de la mémoire grecque, Mnémosyne, dont le nom provient justement du mot Mnémé "la mémoire." Nous n'allons pas nous rapprocher de cette serrure pour tenter d'obtenir une meilleure vision d'ensemble qui resterait forcément limitée, mais plutôt ouvrir cette porte à l'aide d'une clé. Je me dois pourtant de vous mettre en garde ; la vérité historique est rarement plaisante à découvrir... 

  Tout parcours initiatique, car il s'agit bien de cela, offre à l'initié la vision pénétrante de l'envers du décor. Afin d'acquérir l'étincelle divine, nous dépasserons les stades idylliques et tellement prévisibles de la quête transcendantale du héros, pour plutôt nous enfoncer au cœur même de la matière qui écrase l'esprit. Deux mille ans de culpabilité et de religion hybride à restaurer ! Notre quête sera difficile, elle nous transportera à la source même du Mystère de la Chute et de l'écroulement de l'horloge céleste, au moment où Lucifer en personne défia le grand Satan lors d'un combat singulier. À la lecture de ces quelques lignes, plusieurs exégètes se gausseront sans doute en assurant d'un ton suffisant que de tels textes n'existent pas. Le contraire sera pourtant démontré : le Porteur de Lumière lutta maintes fois contre le grand Accusateur des Nations, c'est inscrit à l'encre sur de nombreux papyrus et même gravé sur la pierre. 
  À l'issue d'une de ces batailles divines, le Graal primitif fit son apparition dans notre monde avec le thème universel de la voie menant vers le dépassement de soi-même et la connaissance du divin. Il ne s'agit pas du Sang Real ("sang réel" en anglais ou "sang royal en espagnol"), transformé en Saint Graal par quelques précédents auteurs égarés dans le sillage légendaire de Joseph d'Arimathie, personnage charismatique tiré de l'Évangile apocryphe de Nicodème. Ni même de Marie-Madeleine, proclamée "porteuse de la lignée christique." Nous parlerons plutôt du Garâal égyptien maintenu vivant au cœur du temple. Ou encore du GAR-À-AL, dont les définitions sumériennes nous apportent déjà quelques indices importants : "distribuer l'entendement de l'image" ou "restaurer l'entendement de l'image" ou "l'image qui restaure l'entendement" ou encore GAR-A-AL : "la puissante statue qui restaure", etc. 
  De quelle statue ou image s'agit-il ? Ne serait-ce pas, par hasard, la fameuse image baphométique des Templiers qui leur porta tant préjudice ? Cette "tête magique", vénérée lors de leurs rituels, se retrouve mentionnée dans deux articles de l'acte d'accusation du procès templier, nous verrons cela le moment venu. 
  D'incalculables stupidités sont encore répandues au sujet de cette tête. Quant à son étymologie, elle s'interprète toujours de différentes façons selon les historiens et chercheurs : certains y voient un diable, d'autres un chat, ou encore une image d'une déesse païenne. La plus incroyable version, à mon sens, serait que le Baphomet proviendrait d'une déformation du même mot en langue d'Oc pour simplement nommer Mahomet. Malgré le respect porté par les Templiers à l'égard du monde musulman, est-il bien sérieux de penser que ces saints hommes auraient vénéré le fondateur de l'Islam alors qu'ils priaient quotidiennement la Vierge ? C'est un sacrilège que de diffuser une telle idée ! Le verset 51 de la Sourate 5 du Coran, ne mâche pas ses mots à propos d'une éventuelle alliance entre Juifs et chrétiens : "Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas les Juifs et les chrétiens pour alliés. Ils sont alliés les uns des autres. Quiconque parmi vous les prend pour alliés sera des leurs. Allah ne guide pas les traîtres." Pensez-vous sérieusement que les premiers Templiers, lettrés comme ils l'étaient, n'avaient pas lu le Coran ? 
  Nous verrons que les historiens et chercheurs de tous bords étaient loin, vraiment très loin de comprendre ce que renferme le concept de cette tête énigmatique. En effet, je ne soutiendrai pas une énième théorie qui ne procurerait rien au dossier, mais j'apporterai plutôt des éléments inédits dont la radiance nous donnera accès à cette porte close depuis de nombreuses générations. Nous découvrirons également que ce Baphomet possède un lien assez logique avec le Graal de nos légendes. En quelques lignes, nous voilà déjà au cœur du Mystère, au centre d'un secret jusque-là interdit aux néophytes... 

  Entreprendre un nouvel ouvrage sur des sujets aussi importants que le Graal et les Templiers pourrait paraître bien aventureux tant les essais sur ces sujets envahissent les rayonnages des librairies, bibliothèques et antiquaires. Pourtant, les lecteurs habitués à mes travaux de recherches se doutent bien que le voyage proposé ici offrira, une fois encore, de nouvelles perspectives inédites tirées de recherches personnelles très concrètes, parfaitement vérifiables, et non d'élucubrations puisées dans le cerveau foisonnant d'un "apprenti sorcier du Nouvel Age" ou d'un "prolifique auteur de science-fiction", comme souhaitent pourtant me cataloguer certains exégètes, linguistes et historiens des religions ou pseudo-chercheurs. Laissons-les à leur place, avec leurs certitudes et leurs esprits fossilisés par des parcours du combattant où seul "le meilleur" peut recueillir tous les honneurs. 

  Il sera signalé plusieurs fois dans cette étude que de multiples écoles mystiques et intellectuelles, comme la Franc-maçonnerie, tirent leurs origines principalement des Mystères de l'Orient, notamment de l'Égypte ancienne, mais aussi de Mésopotamie. Ne possédant aucune notion relative à ce groupe initiatique, à part celles que l'on peut trouver dans certains ouvrages spécialisés, et comme l'a indiqué le Franc-maçon Tau Eléazar dans la préface, j'ai décidé de rencontrer plusieurs initiés de cet ordre qui reste pour moi encore bien mystérieux malgré la présence de quelques amis parmi ses membres actifs. 
  Avant 2015 et mes apparitions publiques, à l'occasion de mes premières conférences, tout et n'importe quoi se colportaient à mon sujet. À en croire certains, j'aurais été un membre ou sinon sous l'influence néfaste de ce groupe, totalement manipulé et sans retour possible... Certes, on m'a plusieurs fois proposé d'entrer dans l'Ordre FM, mais je n'en ai jamais ressenti le besoin, préférant de loin préserver mon indépendance et rester vierge de tout type d'influence. Il n'en reste pas moins que des groupes initiatiques comme la Franc-maçonnerie, restent assez captivants grâce aux anciens Mystères qu'ils préservent et perpétuent. Il faut savoir que si des groupes comme celui-ci furent formés, c'était avant tout en réaction contre l'Église de Rome, trop longtemps aux commandes du pouvoir du monde occidental. Afin de préserver certains secrets païens, il fallait fuir à tout prix l'inquisition des catholiques pour faire perdurer les anciens rites dans de sombres pièces. Loin des regards profanes, tout s'imagine, surtout le pire ! Rituels sataniques, magie noire, meurtres d'enfants... L'inconnu fait peur ! Ces horreurs existent peut-être en haut lieu, au sein de certains groupuscules puissants, éventuellement chez des FM, comme ailleurs, je ne prétends pas le contraire, mais il faut raison garder et rester objectif ! 

  Certains membres de la Franc-maçonnerie revendiquent une connexion templière et prétendent détenir un savoir égyptien depuis longtemps oublié. Ne se nomment-ils pas "fils de la veuve", comme Horus, le fils d'Isis ? D'autres diront qu'Hiram, le bâtisseur du Temple de Salomon, portait aussi cette épithète (cf. la Bible, 1Rrois 7:13-14)... De ce fait, par manque de connaissance sur le sujet FM et afin de pouvoir confronter plusieurs sources différentes, j'ai posé quelques questions au FM, Tau Éléazar, sur certains sujets traités. Nous aurons ainsi les avis éclairés et complémentaires, voire même sans compromis, d'un homme intègre et surtout quelques précisions importantes sur des sujets trop souvent mal interprétés par des gens prétendant tout connaître sur les FM en les assignant au banc des accusés... 

  Par ailleurs, je tiens à remercier chaleureusement mon ami James Rooms, de m'avoir donné accès à sa "Bibliothèque du Lion d'Émeraude", composée en plusieurs milliers de volumes sur l'histoire, l'égyptologie, la Mésopotamie, les Templiers, les mystères anciens, etc. Sans cette mise à disposition, il m'aurait fatalement manqué des éléments essentiels pour cette étude. Je le remercie également pour le temps passé à me sélectionner des ouvrages en fonction des sujets dont je lui avais parlés, ainsi que d'avoir effectué un long voyage de plusieurs centaines de kilomètres pour m'apporter des derniers documents trois mois avant la remise du manuscrit à la relecture.


*   *

  Les mondes de la recherche, particulièrement ceux de l'histoire, de l'archéologie, de l'ethnologie, de l'interprétation de textes antiques, de la cosmologie, etc., se composent en milliers de piliers désordonnés dont l'objectif apparent serait de soutenir le temple universel de la connaissance. Or, ce temple branlant n'est autre que celui d'un chaos dont les fondations reposent sur du sable mouvant. Les autorités pensantes de ce royaume ont pris en otage les anciennes connaissances pour créer une fable impossible à démêler sans une bonne dose de recherche comparative des traditions orientales et occidentales. Quelques coups dans ce château de cartes et les connaissances de l'humanité encore disponibles seront balayées dans l'oubli le plus total. La destruction des cultures et la grande amnésie semblent programmées de façon périodique à l'image du balancier céleste qui renverse le siège du monde toutes les vingt-quatre heures. (...) 

Avant d'entamer ce nouveau voyage millénaire, au cœur même des Mystères d'Isis, je tiens à rappeler aux lecteurs que j'ai grandi dans un milieu catholique. Ayant fréquenté l'Église pendant de nombreuses années, j'ai tout naturellement connu le parcours habituel de tout bon chrétien comme le baptême, le catéchisme, la communion solennelle (réception de l'eucharistie) et la confirmation (sacrement de l'Église). 
  J'ai d'excellents souvenirs de moments passés auprès des prêtres, à prier et à étudier la Bible ainsi que les paroles du Christ. C'était bien avant que je ne me lance dans l'écriture et la recherche. Nous étions également loin, très loin des polémiques actuelles, sans doute justifiées, avec les problèmes de viols sur mineurs et d'indulgence de la part de quelques évêques et cardinaux sans scrupule. Bien que certaines accusations soient souvent fondées et prouvées, nous ne pouvons qu'observer une volonté évidente de détruire l'Église chrétienne et la culture occidentale en général. Pourquoi ? Parce que toute nation sans tradition est condamnée à la destruction... 
  Certains verront peut-être comme une antinomie le fait d'étudier des textes antérieurs à la religion judéo-chrétienne, et de me voir relever leurs incohérences dans mes ouvrages, tout en me sachant "un peu chrétien dans l'âme." En 2009, ce sujet se retrouva au centre de plusieurs discussions animées entre le scientifique Gerry Zeitlin, sa femme Malou et moi-même. Quelques semaines après, le contact s'interrompit pour près de cinq longues années, jusqu'au moment où je pris connaissance du décès de la femme de Gerry. J'appris bien après, par Gerry en personne, qu'il pensait à tort que je prônais l'idée que la "religion sauverait l'humanité." Je n'ai jamais su d'où il tirait cette information erronée, mais je pense plutôt qu'il aurait été difficile pour un scientifique de sa trempe de concevoir qu'un chercheur comme moi puisse posséder une âme de Templier, raison pour laquelle cet ouvrage existe aujourd'hui. 
  Par ailleurs, je me sens plus proche de l'Église gnostique apostolique que de l'Église chrétienne. À défaut de croire en Dieu, je crois plutôt en une Source de toute chose. Je ne relève pas la présence de Dieu ou du Saint-Esprit dans un lieu, mais plutôt l'énergie que les gens y mettent, celle du cœur. Plusieurs de mes amis proches font partie de l'Église gnostique, la seule avec l'Église anglicane d'Angleterre, à ordonner des femmes prêtres et évêques. L'Église gnostique apostolique est par contre la seule à faire référence aux textes gnostiques et à les considérer très sérieusement. Mes lecteurs savent depuis le début à quel point je considère positivement ces textes sacrés généralement issus d'Égypte. 
  D'un autre côté, je ne peux pas renier mon grand intérêt pour les religions et divinités "païennes", particulièrement celles de l'Égypte ancienne. Il m'arrive régulièrement d'avoir des pensées pour Isis et Osiris ; le contraire serait étonnant alors qu'une part importante de mon travail consiste à réhabiliter l'histoire du clan osirien. 

 Ce nouveau livre de recherche s'inscrit dans ma série d'essais et fait suite à La Dernière Marche des Dieux (2013) et Le Chaos des Origines (2016). Mon enquête reprend précisément là où elle s'achevait avec mes recherches sur le Moïse historique. 
  Que découvrirent les Templiers à Jérusalem qui leur procura puissance et respect ? Le Graal ? L'Arche de Moïse ? Ou bien avaient-ils réellement la mission initiale de protéger les pèlerins chrétiens en quête d'exaltations et de libération du Saint-Sépulcre ? Vaste sujet maintes fois abordé dans d'autres études, mais limité par l'ivresse d'un mystère sans cesse renouvelé et surtout réduit à un symbolisme souvent mal interprété. 

  Très concrètement, je ne propose pas un énième ouvrage sur les Templiers, ni même une recherche sur leurs mœurs et coutumes. Beaucoup d'études très sérieuses répondent admirablement à ces questions. Corpus Deae ne va pas non plus se perdre dans des recherches infinies sur le "contenant" et "contenu" d'un Graal énigmatique et inaccessible au commun des mortels, ni même s'égarer dans les sillages légendaires de personnages bibliques, proches du Christ, à qui l'on attribue bien souvent l'origine du Graal... 
  Non, j'invite plutôt le lecteur à me suivre sur des sentiers jusque-là inexplorés, mais très concrets, grâce à la mise en lumière de textes sacrés tirés du Proche-Orient ancien. Ces documents contemporains d'Akhenaton faisaient très certainement partie de sa grande bibliothèque d'El-Amarna. Râmosé, le grand vizir d'Akhenaton, responsable des prêtres et des documents royaux, les connaissait parfaitement. À la fois égyptiens et akkadiens, donc rédigés dans la langue diplomatique de cette époque, ces papyrus et tablettes d'argile racontent une même histoire connue des scribes d'Égypte et de Babylonie : celle du fils de Dieu, responsable du Graal primitif et du Mystère de la déesse des Origines, source de puissance et de pouvoir. 

Le voile d'Isis va-t-il enfin se lever et divulguer aux yeux du profane le Secret le plus inavouable au monde ? Dissimulé à tout prix par les Templiers, au sacrifice même de leur vie, ce fameux Secret aurait pu ébranler les trois grandes religions monothéistes...

 

Anton Parks

 


 

23,00 € Avec réduction de 5% : 21,85 €
Une réduction de 5% sera automatiquement appliquée sur cet article lors de la validation de la commande.